Archives par mot-clé : Jeanne Bourin

Jeanne Bourin – La Garenne

La Garenne, c’est une belle propriété au bord du Loir ; pour Françoise – huit ans et demi en 1930 – c’est l’endroit magique où elle passe des étés merveilleux.
Il faut dire qu’à la Garenne, les vacances sont un véritable enchantement ! Un tourbillon de plaisirs et de divertissements : promenades en bateau, courses folles en automobile, baignades, pique-niques dansants en forêt, bonheur de se gorger de fruits et de soleil…
C’est aussi l’occasion d’observer les grandes personnes, de surprendre leurs querelles, de voir naître et grandir leurs amours ; Continuer la lecture de Jeanne Bourin – La Garenne

Jeanne Bourin – le Grand feu

L’incendie du château de Fréteval rapproche Bernold, jeune maître verrier, et Isambour, brodeuse sur toile. Ils s’aiment. D’un amour tendre et passionné. Mais l’oncle de la jeune fille veut la marier au fils du meunier. Bernold enlève Isambour. Après ce rapt chevaleresque, il l’emmène à Blois et l’épouse. Roman de cet amour qui dure les vingt années que dure la vie du couple, Le Grand Feu est aussi celui de toute la société féodale du début du XIIe siècle. Continuer la lecture de Jeanne Bourin – le Grand feu

Jeanne Bourin – les Pérégrines

Le 15 juillet 1099, les croisés conquirent Jérusalem. C’était le terme de la première croisade, le plus audacieux pèlerinage de tous les temps. Nombre d’historiens ont rapporté cette extraordinaire expédition vers le tombeau du Christ. Mais personne encore n’avait écrit le roman de cette épopée au féminin. De Chartres à Jérusalem, en passant par Constantinople, Nicée, Antioche et Tripoli, Les Pérégrines nous entraînent à la suite de Brunissen, Flaminia et Alaïs, les trois filles d’un parcheminier chartrain. Continuer la lecture de Jeanne Bourin – les Pérégrines

Jeanne Bourin – Très sage Héloïse

Héloïse ! Une des créatures les plus extraordinaires de tous les temps ! “On a pu l’appeler “la femme qui inventa l’amour” car elle se dresse comme une torche au seuil du siècle qui sut transmuer le sentiment amoureux en passion. Née avec lui (1100 ou 1101), la belle étudiante du cloître Notre-Dame vécut totalement, dans sa chair, dans son âme, les enivrements et les déchirements d’une découverte superbe mais sulfureuse. Continuer la lecture de Jeanne Bourin – Très sage Héloïse

Jeanne Bourin – Les amours blessées

«Te souviens-tu, Guillemine, du printemps de nos quinze ans ? C’était au temps du roi François, premier du nom.» Ainsi parle Cassandre Salviati, à qui l’on vient d’annoncer la mort de Pierre de Ronsard. Ils se sont rencontrés un jour d’avril 1545, à la Cour. Jeune poète alors inconnu, il écrira : «Je la vis, j’en fus fou.» Il est clerc tonsuré et ne peut se marier. Elle épousera Jean de Bray, un seigneur du voisinage. Mais Cassandre et Ronsard ne cesseront de s’aimer, de rompre, de s’aimer encore. Toujours. Continuer la lecture de Jeanne Bourin – Les amours blessées

Jeanne Bourin – Le Jeu de la tentation

Après La Chambre des dames, Le Jeu de la tentation est le second volet de la chronique familiale des Brunel.Nous sommes en juin 1266, le dernier bel été du règne de Saint Louis. Marie, la plus jeune fille des Brunel, est veuve depuis deux ans et mère attentionnée de deux enfants, Vivien et Aude. Elle a vingt-sept ans, un métier qu?elle adore, enlumineresse, et un amant fougueux, Côme Perrin, maître mercier. Continuer la lecture de Jeanne Bourin – Le Jeu de la tentation