Archives par mot-clé : Collectif S-F

Collectif SF – Histoires de Survivants

Une race intelligente s’éteint. Une civilisation est détruite, ou se détruit. Un monde subit sa sentence de mort. Au terme de la narration, le mot « fin » prend sa signification la plus tragique, la plus totale. Une catastrophe de cette sorte, absolue, définitive, ne peut être racontée que par un observateur lointain, non concerné – distant, dans les deux sens du terme – qui n’en est pas affecté ; ou bien par un narrateur omniscient, objectif, impassible, voire divin. Une communauté, un monde, finit, disparaît, et il n’en reste par définition rien ; rien, du moins, qui ne lui soit pas étranger. Continuer la lecture de Collectif SF – Histoires de Survivants

Collectif SF – Histoires de Surhommes

Avec les mesures initiales de Ainsi parlait Zarathoustra accompagnant le générique de 2001, le thème du surhomme marquait le commencement du film célèbre né de la collaboration de Stanley Kubrick et d’Arthur Clarke. Par l’invocation à Nietzsche, sous-entendue dans la musique de Richard Strauss, la renaissance finale de l’astronaute Bowman en surhomme était suggérée à l’auditeur-spectateur.

Le personnage du surhomme, auquel ses pouvoirs permettent de faire des choses impossibles à l’homme, est au moins aussi ancien que les mythologies. Continuer la lecture de Collectif SF – Histoires de Surhommes

Collectif SF – Histoires de Sociétés Futures

Le comportement de l’homme en société dépend de la manière dont il perçoit le jeu social. Quand il a ou croit avoir une idée claire du système, il agit ; quand il n’y comprend rien, il subit. A en croire les mauvaises langues, il intéresse le sociologue dans le premier cas, le psychologue dans le second : il y a une sociologie des maîtres et une psychologie des esclaves, une sociologie des hommes et une psychologie des femmes, etc. Continuer la lecture de Collectif SF – Histoires de Sociétés Futures

Collectif SF – Histoires de Robots

S’il est, dans l’univers de la science-fiction, un thème à la fois ancien, techniquement peu vraisemblable, et populaire parce que porteur de nombreuses et lourdes connotations émotionnelles, c’est bien celui du robot. Des milliers d’années avant que l’écrivain tchèque Karel Capek introduise le terme dans une pièce de théâtre, R. U. R., le concept existait et les descriptions qui en étaient données coïncidaient avec l’idée moderne de la chose assez remarquablement pour que les spécialistes de la mythologie grecque n’hésitent pas à qualifier de robots les êtres mécaniques qui apparaissent sous les plumes d’Homère, d’Hésiode et de quelques autres. Continuer la lecture de Collectif SF – Histoires de Robots

Collectif SF – Histoires de Sexe-Fiction

Pour faire une bonne anthologie de sexe-fiction, il est tentant de chercher quelques bonnes scènes de cul et de se dire que le reste suivra sans faire d’histoires, comme l’intendance napoléonienne ; et il est douloureux d’affronter la déception qui tout à coup vous revient en pleine figure, précédent même son propre sifflement (car elle va plus vite que le son, la garce).

Une déconvenue du même genre attend celui qui entreprend de bien faire l’amour : « Tous les hommes, dit Aristote, pensent que la vie heureuse est une vie agréable, et entrelacent étroitement le plaisir au bonheur. » Continuer la lecture de Collectif SF – Histoires de Sexe-Fiction

Collectif SF – Histoires de Rebelles

La rébellion est à tout le monde, et nul n’a le droit d’en revendiquer le monopole. La plus grande secousse de ce siècle est sans doute la révolution russe de 1917, œuvre d’une génération de révoltés ; elle a aussitôt sécrété ses contre-révoltes, allumées par ceux qui avaient été évincés, puis par ceux qui n’avaient pas retrouvé leurs rêves, puis par ceux qui n’avaient pas accepté les solutions extrêmes, puis par ceux qui n’avaient pas accaparé le pouvoir, puis par ceux qui n’acceptaient pas de mourir. Ce n’est pas fini. Ça ne finira jamais. Sitôt éteinte, la rébellion se rallume ailleurs. Continuer la lecture de Collectif SF – Histoires de Rebelles