Archives par mot-clé : Amélie Nothomb

Amélie Nothomb – Tuer le père

Amélie Nothomb - Tuer le pèreCe roman d’Amélie Nothomb entre encore une fois dans les rapports familiaux et extra-familiaux, qui ont tant caractérisé son œuvre. Joe Whip est un adolescent qui vit avec sa mère à Reno, il ne connaît pas son père. Il a pour seule passion, la magie. Un jour, sa mère qui souffre de n’avoir jamais pu garder un homme plus que quelques semaines, demande à Joe de quitter le foyer pour qu’elle puisse préserver sa relation naissante avec un homme qui profite de sa situation financière.

Continuer la lecture de Amélie Nothomb – Tuer le père

Amélie Nothomb – Les Combustibles

Amélie Nothomb - Les CombustiblesLa ville est assiégée. Dans l’appartement du Professeur, où se sont réfugiés son assistant et Marina, l’étudiante, un seul combustible permet de lutter contre le froid : les livres. Tout le monde a répondu une fois dans sa vie à la question : quel livre emporteriez-vous sur une île déserte ? Dans ce huis clos cerné par les bombes et les tirs des snipers, l’étincelante romancière du Sabotage amoureux pose à ses personnages une question autrement perverse : quel livre, quelle phrase de quel livre vaut qu’on lui sacrifie un instant, un seul instant de chaleur physique ? Humour, ironie et désespoir s’entre-tissent subtilement dans cette parabole aux résonances singulièrement actuelles.

Continuer la lecture de Amélie Nothomb – Les Combustibles

Amélie Nothomb – Mercure

Amélie Nothomb - MercureUne monstrueuse jeune fille, Hazel, atrocement défigurée par un bombardement ; un vieillard, le Capitaine O. Loncours, à quai depuis longtemps ; une maison biscornue d’où tous les objets réfléchissants, des miroirs jusqu’aux petites cuillères, ont disparu : décidément, l’île de Mortes-Frontières la bien-nommée abrite de bien étranges secrets, jalousement gardés par les sbires du capitaine, qui fouillent sans pitié tous ceux qui s’y aventurent…

Continuer la lecture de Amélie Nothomb – Mercure

Amélie Nothomb – Journal d’Hirondelle

Amélie Nothomb - Journal d'HirondelleOn se réveille dans l’obscurité sans plus rien savoir. Où est-on, que se passe-t-il ? L’espace d’un instant, on a tout oublié. On ignore si l’on est enfant ou adulte, homme ou femme, coupable ou innocent. Ces ténèbres sont-elles celles de la nuit ou d’un cachot ?
On sait seulement ceci, avec d’autant plus d’acuité que c’est le seul bagage : on est vivant. On ne l’a jamais tant été : on n’est que vivant. En quoi consiste la vie en cette fraction de seconde où l’on a le rare privilège de ne pas avoir d’identité ? Continuer la lecture de Amélie Nothomb – Journal d’Hirondelle